Mercredi 12 mai, organistes, musiciens, paroissiens, curieux, simples voisins se sont pressés autour des orgues d’Annonay. Organisée localement par « Les Amis de l’Orgue du Temple » et « Renouveau des Orgues d’Annonay », cette manifestation nationale voulait mettre à l’honneur l’orgue en tant que fédérateur culturel.

« C’est super, c’est magnifique ! » s’exclame Rodolphe en descendant de la tribune de l’orgue de l’église Saint-Joseph de Cance. L’organiste du pays roussillonnais est venu avec Michel de Serrières et quelques amis organistes faire sonner les orgues d’Annonay à l’occasion du jour de l’orgue 2021. Il poursuit : « L’orgue n’est pas si malade que cela… Le plus gros problème vient de la machine Barker. Le fait que l’orgue soit en tribune le protège de l’humidité. Les accords sont bien conservés. Un simple relevage suffirait. La somme 40 000 euros annoncée dans le rapport d’expertise est tout a fait correcte… ». Après les improvisations de ce groupe d’amis musiciens, Jean-Claude Reboullet, organiste titulaire présent, a confié ne jamais avoir osé faire ce qui a été fait avec l’instrument et donc ne jamais l’avoir entendu sonner ainsi ! L'orgue Michel-Merklin de Cance a un potentiel insoupçonné. Son classement parmi les monuments historiques au titre d’objet pourrait être ainsi mérité.

A Notre-Dame Thierry, un passionné est obligé de fournir de l’air en pédalant à l’aide du dispositif d’origine de l’orgue Cavaillé-Coll pour permettre à Michel Marthouret, organiste titulaire d’illustrer musicalement la manifestation. La turbine étant hors service, rien ne sort sans ses efforts. « Pour faire simple, il suffirait de changer un moteur électrique pour une somme de 6 000 euros. L’orgue pourrait être utilisé pour des concerts notamment en attendant de gros travaux. La visite de Rodolphe, de Michel et de leur amis venus exprès se faire plaisir avec, montre sa valeur culturelle et patrimoniale. Beaucoup d’organistes nous envient cet instrument. » précise l’organiste.

Au temple, rue Franki Kramer, il y avait aussi découverte de l'orgue trentenaire et l’audition de morceaux musicaux interprétés par Nicole Palmieri, organiste titulaire.

Enfin à Saint-François il était possible aussi de découvrir l’orgue Merklin situé au fond du chœur à l’aide d’un panneau d’information avant la messe anticipée de l’Ascension.

Patrick Charrier, président de l’association « Renouveau des Orgues d’Annonay » présentait à cette occasion les projets immédiats de l’association : « Déjà réunir l’assemblée générale. La fin des restrictions liés à la crise sanitaire devrait le permettre. Nous souhaitons surtout  apporter notre aide financière à la municipalité d’Annonay afin d’avancer d’une année l’étude préalable à la restauration de l’orgue Cavaillé-Coll. Cette étude aboutissant à chiffrer exactement le montant du relevage de l’instrument. Une fois réalisée, elle sera la base légale de l’appel d’offre du marché public de restauration de l’instrument... Pour permettre sa réalisation nous souhaitons trouver environ 5 000 euros... Notre association a obtenu en avril 2019 de la Direction générale des Finances publiques de l’Ardèche l’accord écrit la reconnaissant habilitée à délivrer des reçus fiscaux… Les dons peuvent être envoyés au siège de l’association ou déposés en ligne à partir de notre site internet »

Moments ludiques pour certains, partout les yeux des participants pétillaient en entendant les notes s’enchainer harmonieusement.

retour à la page d'accueil

Le Renouveau des Orgues d'Annonay respecte votre vie privée

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.